CR de notre visite au QuadFest 2012 à Gering.

Au menu gustatif : amuses gueules, fromage, jus de fruit et pinard du coin (tout à fait honnête), café, le tout à volonté !

Au menu auditif (et un peu visuel), deux espaces différents, comme à chaque fois :

Auditorium du RDC : salle de dimension moyennes, avec cette fois un traitement acoustique d’apoint (résonateur et paravent), qui propose une confrontation entre une paire d’ESL63 rénovées et des ESL 57qa neuves, le tout alimenté par des blocs mono QUAD II Forty (PP de KT88 de 40w) relié au préampli à tubes Quad QC24 et au lecteur Quad CD67.

ESL63 -(1)       ESL63(2)

Nous passons alternativement les morceaux suivants: de la musique ancienne - Andreas Scholl – haute contre, pièces de JSB ; des sonates de Beethoven (Bösendorfer, tête artificielle - micros  BK omnis, grande dynamique) ; Youn Sun Nah – Album Same Girl, « Pancake « et » la chanson d’Hélène.

D’abord, premières impression générale : excellent respect des timbres,: les électroniques sont excellentes, jamais agressives, la dynamique peut-être un peu sage (comparé à mes références)

Puis se dégage rapidement, à mes (nos) oreilles, une supériorité des 63 sur quasiment tous les critères ; naturel de timbres, extension dans le grave (c’est bien un Bosendorfer), spatialisation très convaincante (les 63 qui s’oublient), et sans la présence quelque peu artificielle des 57 sur les voix.

Non vraiment, une écoute de grande qualité sur les ESL63, très à l’aise avec ces électroniques dans cette salle.

Auditorium à l'étage : salle bien plus grande que celle du RDC, grande hauteur sous plafond.

A nouveau une confrontation entre les anciens et les modernes :

Lecteur commun : Pionner (CD/SACD).

ESL63qa(1)   ESL63qa(2)

A l’intérieur : très belles ESL63QA ( bois blanc/grille gris clair ) alimentées par les excellents bloc mono à transistor Neukomm (suisse, 100w) positionné sur caisson de basse dédié (alimenté par Quad 405) + module « Filtre actif / DSP » (visible sur l’étagère).

Caisson dédié, fonctionnant en dipôle, fabriqué par une boite régionale (Rittal) :

 

ESL63qa(3)   ESL63qa(4)   ESL63qa(5)

 

A l’extérieur : des ESL57 stacked + caisson de basse (la Soucoupe, alimenté par Quad 405) + module « Filtre actif / DSP » (visible sur l’étagère).

ESL57stacked   CaissonESL57

Nous passons peu ou prou les mêmes morceaux cités plus haut. Et c’est bien la première fois que j’ai pu écouter sérieusement des ESL63qa, avec en plus le nouveau caisson dédié.

Impressions marquantes : les qualités connues des 63, avec toutefois un grave dégraissé (peu être un peu trop d’ailleurs, le Bösendorfer perdant son caractère propre) et surtout, surtout une dynamique dans le haut grave et le medium jamais rencontrée sur des 65/988/2805, jamais ! Le caractère percussif du piano qui ressort plus qu’au RDC, les accords plaqués impressionnants et sans aucune distorsion.

Sans aucun doute la conséquence (heureuse) de la suppression de la suspension « transport » présente sur tous les modèles 63/98x/2x05/2x12 d’origine Quad Uk/ Shenzhen ! Impressionnant pour des 63.

J’ai le souvenir précis d’un QuadFest (voici quelques années) ou l’association des électroniques Neukomm avec les 63 m’avait beaucoup plu, sans toutefois ressentir ce niveau d’impact.

Dans le cas de l’association avec les ESL63qa, c’est peut-être même un peu too much, c’est dire.

En fait, pour qui ne veut ou ne peut se permettre les grandes ESL, l'idéal serait : les ESL63QA + Quad II Forty (ou Eighty) !

Et le caisson ? Il ne s’entend pas, le DSP est efficace, la fréquence de coupure est de l’ordre de 65-75Hz. Je l’ai même trouvé un peu discret, mais cela se règle.

Et je me repose la question de cette modification pour mes ESL989 ! D’ailleurs, le sieur Stein ne comprend pas pourquoi Quad Uk a alourdi et rigidifié (la barre de tension) les 98x pour obtenir les 2x05 au lieu de tenter de trouver une autre solution au problème du transport …

Manfred Stein, le maître des lieux, a construit sur la demande d’un client une paire de ESL ??? qa grand modèle à 6 cellules (15Ke tout de même) et prétend les avoir trouvées plus dynamique que les 2905, rien que par le poids similaire et la suppression de la suspension !

Que dire des ESL57 stacked ? Curieusement, la distance d’écoute plus importante qu’au RDC arrange un peu les choses, et c’est la première fois que l’écoute m’a paru très convaincante : le piano était bien rendu sur le plan des timbres (sans toutefois la dynamique des frangines), les voix également (Scholl/Nah). Et j’ai cherché à savoir quel ampli les alimentait. Et Manfred Stein de sourire, en me parlant de blocs mono tout neufs, fabriqués in situ, une grande nouveauté conçue il y a … cinquante ans. Vous avez bien sûr deviné …

Une bien belle journée !

 
Aller au haut
Association des Audiophiles d'Alsace